Zadigacité et sérendipité innovationnelle

 
1942. Harry Coover (Kodak Research)
découvre
le cyanoacrylate.
Puis, en 1951, il en découvre
une application (la Super Glue)

 

Loctite   Pieds au plafond   Super Glue
Exploitation sous licence
par Loctite
La démonstration emblématique
The Original Super Glue Cyanoacrylate
L'histoire
1942. Harry Coover est chercheur au Kodak Research Laboratories. Il cherche une matière plastique transparente pour des lunettes de visée.

Les deux moments de sa découverte

Un moment de sérendipité
1942. Il trouve une nouvelle substance, le cyanoacrylate. Inenployable comme matière plastique transparente car elle adhère de façon irreversible avec tous les matériaux avec lesquels elle mis en contact.

Un moment de zadigacité

1951. Il est maintenant chez Eastman Chemical. Un de ses collègues Fred Joyner lui signale l'échantillon # 910.
Il réalise, 9 ans après son premier trait de sérendipité, que sa colle trop forte pour certains usages peut ne pas l'être assez pour certains autres.
Formule
 
Coover
  Eastman 910   Auto
1942. Découverte
du cyanoacrylate
1951. Découverte
d'une application
1958. Commercialisation
sous le nom
de Eastman 910
Les démonstrations publiques
Pub  
Avec la barre
 
Obama
  Médaille
Un nouveau nom.
Super Glue.
Le spot télé :
« réalisé sans trucage »
La barre d'acier avec laquelle il faisait
ses démonstrations
Décoré par le président Obama
La médaille
L'exploitation

1958. Commercialisation par Eastman Chemical sous le nom d'Eastman #910, puis sous licence et sous le nom de Super Glue par Loctite (une entreprise allemande qui sera reprise par Henkel).
1970. Utilisée pendant la guerre du Vietnam pour suturer des plaies.
2004. Avec 460 brevets, Harry Coover entre au National Inventors Hall of Fame
2009. Médaillé par Obama. National Medal of Technology and Innovation
: « for his invention of cyanoacrylates, a new class of adhesives that have influenced medicine and industry, and are known widely to consumers as "super" glues. »

Les leçons à en tirer
Même problème pour Eastman que pour Raytheon. Ce n'était pas leur métier.
©2013 Jean-Louis Swiners
Dernières modifications de la page : le 24 octobre 2013
980px