Zadigacité et sérendipité innovationnelle

 
1836. William Pettit, un fermier anglais de 27 ans, découvre et invente l'hélice de bateau
 

The Turtle
  Hélice Great Britain
1775. Le paradigme de la vis d'Archimède
des hélices du sous-marin américain The Turtle
 
1843. Le nouveau paradigme.
L' hélice à pales du S.S. Great Britain.

L'histoire

La propulsion des bateaux s'est faite à voile, puis à rames, puis à roues à aubes, dont le rendement est très faible.
1490. Leonard de Vinci dessine sa vis aérienne.
1775. Bushnell conçoit le premier sous-marin équipé d'hélices en forme de vis d'Archimède.
1803. Fulton fait une démonstration à Paris, sur la Seine, de son Le Clermont. Des roues à aubes latérales
1830. William Pettit— un fermier anglais de 27 ans passionné de modèles réduits de bateau — pense que la vis d'Archimède est la solution pour propulser les bateaux.
C'était le paradigme utilisé par Léonard de Vinci pour sa machine volante. La vis va se visser dans l'air comme une vis se visse dans du bois. Mais il n'est que de regarder les pales d'un rotor d'hélicoptère pour se rendre compte que ce n'était pas le bon. Le bois est un matériau, l'eau est un fluide. Ce paradigme, il fallait un accident pour le briser .

Le moment de zadigacité
1836. Essai sur le canal Paddington qui, au centre de Londres, relie la Tamise au bassin Paddington au nord d'Hyde Park. Le courant drosse le bateau contre le quai. Le choc casse la moitié de la vis d'Archimède. Le bateau repart de plus belle. Pettit comprend tout de suite.
Hélice de Da Vinci
  The Turtle  
Le Clermont, le premier bateau à vapeur, mais à roues à aubes
  William Pettit
1490. Le paradigme de l'hélice pour Léonard de Vinci :
une vis (qui se visse dans l'air)
1775. Le Turtle
et ses hélices
1807. Le Clermont de Robert Fulton.
Le premier bateaux à vapeur

propulsé par des roues à aubes
 
William Pettit.
27 ans en 183
5
Brevet   Vis marine   L'Archimedes   S.S. Great Britain
1835. Le premier brevet.
 
1836. L'hélice avec un tour de moins.
Un rendement doublé
 
1839. Le S.S. Archimedes.
Un prototype de démonstration
de 237 tonneaux. 9 noeuds
 
1843. Le lancement
du S.S. Great Britain
L'exploitation

La découverte est décisive. Sur mer, la propulsion par hélice va s'imposer en quelques années.
Une technologie de rupture vite transformée en innovation de rupture.
En 1841, le plus grand architecte naval de l'époque — Isambard Kingdom Brunel — fait interrompre la construction du plus grand bateau à vapeur jamais construit, 100 mètres de long, 3.000 tonnes, le S.S. Great Britain, pour remplacer les roues à aubes initialement prévues par une hélice conçue par Pettit. Il traverse l'Atlantique en 10 jours à la vitesse de 10 noeuds.
L'Amirauté britannique suit. En 1860, ses 350 bateaux étaient équipés d'hélice.

Les leçons à en tirer
• Les paradigmes ont la vie dure. Beaucoup pensent encore aujourd'hui qu'une hélice d'avion ou de bateau se visse dans l'air ou dans l'eau alors qu'une hélice est un propulseur à réaction qui exerce vers l'avant une poussée égale au poids de la colonne d'eau qu'elle projette vers l'arrière.
• L'invention de la roue de bateau — ou la découverte de son principe ou du nouveau paradigme — aurait été faite de toute façon. Deux autres inventeurs — le Français Sauvage et le Suédois Samuelson étaient sur le coup. Le hasard — la sérendipité — a permis à Pettit d'être le premier.
• Un exemple de destruction créatrice. Une technologie chasse l'autre.
©2013 Jean-Louis Swiners
Dernières modifications de la page : le 10 août 2013 à 16h15