Zadigacité et sérendipité innovationnelle

 
1er temps.
1964, Spencer Silver (3M) découvre
l' adhésif n° 3 691 140
 

Bureau
 
L'histoire

L'invention du Post-it ne se résume pas dans le « trait de génie » d’Art Fry. Elle a duré 15 ans et s'est — comme la pénicilline — déroulé en deux temps :

1. 1964-1966. Spencer Silver. Un premier moment de sérendipité, la découverte fortuite d’un adhésif qui ne colle pas trés bien.
1968-1972. Faute de lui trouver une application pratique, mise en sommeil de cette découverte pendant 2 ans.

2. 1974. Un deuxième moment de sérendipité. Son collègue Art Fry a l'idée d’une application imprévue (les papillons adhésifs).
1974-1978. Développement industriel conventionnel : comment coucher cet adhésif sur le papier.
1978. Un échec commercial.
1980. Une relance commerciale non-conventionnelle.
1981. Une innovation




1. La découverte par pur hasard d’une « colle » qui ne colle pas, sans application pratique

Spencer Silver
Spencer Silver

1964-1966. Dans le cadre de la politique de bootlegging de 3M, en s’amusant à mélanger en proportions diverses, pour voir, des monomères que lui a envoyés, pour essais, un fournisseur, Spencer Silver, un chimiste de 3M, invente par hasard un adhésif poisseux, un nouveau polymère adhésif acrylique (qui donnera lieu en 1972 au brevet #3.691.140)
C’est plus un cohésif qu’un adhésif. Il ne colle qu’à lui-même. Et, pire, il ne colle que dans un sens, il est antidérapant mais pas collant.

1966-1968. Silver cherche à le faire commercialiser sous forme de Spray (comme il l’est aujourd’hui pour les arts graphiques) et sous forme de tableau de conférencier auto-collant (comme il l’est depuis peu).
L’idée de Silver : un support adhésif. Aucune réaction du marché.

2. Interruption du développement.

1968-1972. Le programme des polymères adhésifs est supprimé.

Brevet # 3.691.140
Brevet # 3,691,140 du 12 septembre 1972
pour des « Acrilate Copolymer Microspheres ».

 

Sept. 1972. Nomination d’un nouveau directeur de département, Geoffrey Nicholson. Fortuitement, Silver parvient à obtenir de lui les crédits nécessaires pour breveter (brevet n° 3 691 140) sa formule, mais pour les États-Unis seulement.



Deuxième temps.
1974, Arthur Fry (3M) invente le Post-it.

3. Un deuxième moment de sérendipité : la découverte fortuite d’une application imprévue
Hymnal de Fry   Choeur
L'hymnaire presbytérien de Fry
 
Le choeur de North Church
Art Fry
Art Fry

1974. Art Fry, un collègue de Silver — et qui est responsable des ventes des rubans adhésifs pour skis — est chef de chœur de North Church, l’église presbytérienne de North St-Paul. Un dimanche matin, — pendant qu'il rêvasse pendant le sermon particulièrement ennuyeux — il lui vient l’idée d’empêcher les signets qu’il utilise pour marquer les psaumes dans son hymnaire de glisser en les enduisant de la colle anti-dérapante de son ami Silver. Ça marche ! On peut les repositionner d’une page à une autre et ils ne glissent pas. Il vient d'inventer le « post-it ».

Art Fry et Spencer Silver
Art Fry et Spencer Silver

Un changement complet de paradigme. Ce n'est plus le support qui est adhésif, mais le papillon.


L'exploitation

4. Résolution d’un problème de fabrication

Problème : l’adhésif poisseux reste soit sur l’un des supports soit sur l’autre et d’adhère pas au papillon (adhésif sans mémoire).
Deux membres de l’équipe de Nicholson : Henry (Hank) Courtney et Roger Merrill trouvent le moyen de coucher en continu le cohésif sur du papier et qu’il y reste en continu de façon industrielle.

5. L’échec commercial

1978. Marché test à Tulsa, Denver, Richmond et Tampa en push (auprès des distributeurs de fournitures de bureau).
Les papillons sont jaunes, fortuitement.
Échec commercial. C’est un fiasco !
Incapable d’expliquer à quoi cela servait, les commerciaux étaient incapables de les vendre.

6. La réussite commerciale

Geoffrey Nicholson y croit et relance en pull à Richmond, et au sein de 3M dont Joseph (Joe) Ramey, directeur général des ventes du département ruban commercial.
Diffusion au sein de 3M. Ça marche !
1978. Arrive un directeur marketing musclé : Bill Schonenberg
Il se livre à Boise — une ville de 200.000 habitants au nord de Salt Lake City — à une distribution gratuite de « Press'n'Peel ». Ce sera l’opération « Boise Blitz ». 90 % des utilisateurs (RÉ)-achètent.
1980. Adoption du nom « Post-it ». Ventes nationales sur 11 États. Réussite.
1981. Canada et Europe. Avec le succés que l’on sait.

Le reste est du marketing (comme pour le Velcro). Déclinaison tous azimuths.
 
 
   
Super Sticky
Des flèches
Des coeurs
Des étiquettes
Des distributeurs
Super Collant
          panneau de liège        
         
Sous forme de panneau de liège
       
Conclusion
  Équipe  
 
Art Fry, Spencer Silver, Joe Ramey, Geoffrey Nicholson, Bill Schonenberg, Henry Courtney, Roger Merill (il manque Oliveira)
 

   Il aura fallu la pugnacité d’au moins sept personnes — Art Fry, Spencer Silver, Joe Ramey, Geoffrey Nicholson, Bill Schonenberg, Henry Courtney, Roger Merill, Oliveira— pendant quinze ans — de 1966 à 1981 — pour faire déboucher une innovation aussi simple que le papillon auto-collant. On trouve du hasard chanceux, la nécessité de forcer la chance par une action commerciale hors-norme, etc.
  
Un concours extraordinaire de circonstances extraordinaires (comme la pénicilline) : un dosage aberrant de polymères, un chef de produit chef de choeur, etc.


©2013 Jean-Louis Swiners

Dernières modifications de la page : le 26 octobre 2013

980px